Le RGTA-DI fêtera ses 20 ans d'existence les 28-29 octobre 2011 à kindia
_ Accueil
Nous connaître
_ Historique
_ Vision et Mission
_Fonctionnement Interne
_ Financement
Zone d'intervention
_ Basse Guinée
_ Haute Guinée
_ Moyenne Guinée
_ Guinée Forèstière
Nos Activités
_ Traction Animale
_ Production Agricole
_ Recherche Développement
_ Formations
_ Atelier CEPAR
Les Partenaires
_ Partenaire Financier
_ Partenaire Technique
_ Partenaire à la Base
RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT
En août 2009, le RGTA-DI et l’association française SUD SOLAIRE Energies ont signé une convention de collaboration pour mettre au point une nouvelle machine à traction animale, inspirée d’un outil français, la Kassine. Le projet a reçu le soutien de Trias dans le cadre des deux programmes de financement de l’Union Européenne, FA et EPAFA.
L'objectif principal du projet est de consolider la sécurité alimentaire par l'usage et  la fabrication d'un outil de travail du sol à traction animale simple et polyvalent, robuste et efficace, à un prix abordable et facilement reproductible.
Baptisé Guinette, cet outil se substitue aux tâches manuelles de préparation du sol, d'entretien des cultures et de récolte en augmentant nettement la productivité du travail dans les cultures vivrières et maraîchères.
Ses principaux avantages par rapport aux outils à traction animale existants sont : sa polyvalence (c'est un porte-outil, sur lequel toute une gamme d'outils interchangeables peut être accrochée) et ses différentes possibilités de réglage selon les types de sols et les besoins.
Le précurseur de la Guinette, Jean Nolle avait jeté les bases, dans les années 1970, d'un outil  simple et très maniable en inventant 1)une triangulation articulée permettant de régler précisément la profondeur de travail du sol au moyen d’une barre à cran et 2)une pièce maîtresse appelée « crochaxe », située à l'arrière de l'outil et permettant d'accrocher et de décrocher très facilement différentes pièces travaillantes. Ces deux spécificités ont été conservées dans la conception de la Guinette ci-après présentée:
Guinette équipée des disques billonneurs
Guinette équipée de la charrue
Dernier prototype de la Guinette servant de modèle pendant la formation des forgerons et pour la fabrication de 30 pré-séries (dont on aperçoit en arrière-plan le stock de pièces démontées). Atelier CEPAR le 17 mars 2011.
Ce porte-outil à traction rigide (timon ou limonière), présente également l’avantage d’être tiré par toute forme d’attelages, chevaux, ânes, bœufs, zébus,...
Les deux premières années du projet ont permis aux porteurs du projet de mettre au point un bâti léger en tube répondant aux exigences des bouviers et d’adapter la charrue, les dents sous soleuses, la herse et les disques billonneurs.
La paire de disques billonneur est sans doute l’innovation la plus attrayante que les paysans ont découverte lors des démonstrations. En effet, cet outil permet de monter rapidement des buttes de cultures. De plus en plus de paysans adoptent la culture sur butte car cette technique est une réponse efficace à la problématique agro/éco/pédo/climatique en Guinée. Il s’agit de constituer des buttes de 40 à 80 cm de large et de 20 à 30 cm de haut alignées les unes à côté des autres sur toute la parcelle. Les cultures implantées au sommet de cette butte se développent bien mieux et les rendements sont nettement améliorés. Jusqu’à présent, ces buttes sont montées grossièrement avec un aller/retour de charrue puis terminées convenablement à la main, ce qui représente une charge de travail manuel très importante et empêche d’augmenter les surfaces de culture selon cette technique. La paire de disques billonneurs, utilisée alternativement avec le passage de la dent sous-soleuse  permet de constituer des buttes de culture avec un gain évident de temps et moins de pénibilité physique.
La dent sous soleuses est conçue pour décompacter les couches profondes du sol (15 à 30 cm de profondeur). Le décompactage en profondeur sans retourner les couches superficielles respecte la structure du sol, permet à l'eau de s'infilter au lieu de ruisseller et laisse passer l'air et les racines.
Elle peut s'utiliser dans des opérations culturales nouvelles comme le non labour, la fabrication des buttes de culture ou anti-érosives (en tandem avec la paire de disques), le décompactage des interrangs en maraîchage... A chaque innovation, rendez-vous est pris avec les bouviers sur les zones d'intervention des encadreurs RGTA-DI pour tester l'outil en condition réelle et le mettre à l'épreuve des conditions les plus difficiles (souches, cailloux, sols argileux,rizières...) pour vérifier la solidité et l'adaptabilité de l'outil à toutes les situations.
Labour, hersage: travaux réalisés successivement avec le même outil dont on a changé la pièce travaillante. Test de solidité et d’adaptation sur le terrain avec les Maître bouviers de Kaali et les techniciens du RGTA-DI, le 16 février 2011.
Au terme de la seconde année d'expérimentation, nous pouvont déjà avancer les résultats suivants:
-
En Basse Guinée, l'outil, en général très apprécié pour ses capacités, reste à confirmer dans sa conception. Les terres lourdes, argileuses et caillouteuses requièrent une machine consolidée. 
-
En Moyenne Guinée, l'outil a été testé, cette année pour la première fois, sur pomme de terre. Nous voulons montrer que la culture de la pomme de terre est entièrement mécanisable en traction animale. Et de fait, la préparation du sol, la plantation, les entretiens de culture et la récolte ont été effectué avec la Guinette et sa gamme d'outils interchangeables (charrue, herse, dents sous soleuses, disques billonneurs et souleveuse) et la sarcleuse N'dama, avec un gain important de temps, de rendement et de calibre des tubercules. Rendez-vous est pris pour un second essai et confirmer ces bons résultats.
Dalaba, plantation de pommes de terre le 30/05/11 et buttage un mois plus tard.

En Haute Guinée, la Guinette est apprécié dans les terres légères et sablonneuses particulèrement pour les cultures sur buttes. Autre outil prometteur pour cette région au climat aride, la dent sous soleuse, qui permet de pratiquer le zaï mécanisé (technique de préparation du sol sans labour dès les premières pluies).
Ce qu'il reste à faire pour proposer un outil performant:

    • Elargir la gamme d'outils (sarcleuse, charrette de transport, semoir à engrais,...),
    • Tester l'outil en maraîchage et sur riz de mangrove.
    • Poursuivre les essais en agrotechnies, former les utilisateurs
    • Améliorer les conditions de fabrication de la Guinette.

Noter également que la Guinette, une fois commercialisable, présentera un avantage au niveau financier puisque son acquisition est modulable. Un paysan pourra choisir d'acquérir en une fois l'ensemble bâti + pièces travaillantes ou d'investir progressivement selon sa disponibilité financière. Les paysans pourront également investir collectivement et/ou s'échanger des pièces travaillantes fabriquées de façon standart. 

Nous pouvons dire en conclusion que les résultats sont dans l'ensemble prometteurs et laissent entrevoir un bel avenir pour la Guinette que nous envisageons à terme de promouvoir à l'échelle de la Sous Région.